L’opération Neptune est le nom de code donné au débarquement en Normandie des troupes alliées en juin 1944 lors de la Seconde Guerre mondiale. Il précède la bataille de Normandie. C'est la phase d'assaut de l'opération Overlord qui vise à créer une tête de pont alliée de grande échelle dans le nord-ouest de l'Europe et l'ouverture d'un nouveau front à l'Ouest.

 

Cette opération incluait de nombreux mouvements : la traversée de la Manche par plusieurs milliers de navires ; les opérations aéroportées la nuit précédente ; les bombardements préparatoires aériens et navals des défenses côtières allemandes ; le parachutage de milliers d'Américains au matin du 6 juin ; le débarquement des troupes sur les plages (d'ouest en est) de Utah Beach et Omaha Beach (plus la prise de la pointe du Hoc) pour les Américains et Gold Beach, Juno Beach pour les Canadiens et Sword Beach pour les Anglo-Canadiens et Français libres du Commando Kieffer Une fois les plages prises, l'opération se poursuit par la jonction des forces de débarquement et l'établissement d'une tête de pont sur la côte normande puis l'acheminement d'hommes et de matériels supplémentaires.

 

Les jours suivants voient la mise en place des structures logistiques (ports, oléoduc) pour le ravitaillement du front et le débarquement de troupes supplémentaires. L'opération cesse officiellement le 30 juin 1944. Bien qu'il soit quelquefois affirmé que l'opération Neptune ne fut que la partie navale de l'opération Overlord, elle-même souvent limitée au seul débarquement Allié et à l'établissement des têtes de pont sur la côte normande, les sources historiques établissent clairement que l'opération Neptune est la partie débarquement et établissement d'une tête de pont côtière au sein de la plus vaste opération Overlord qui visait quant à elle à l'établissement d'une tête de pont de plus grande échelle dans le Nord-Ouest de l'Europe.

PETIT HITORIQUE SUR LE CRICKET UTILISE DANS LA NUIT DU 6 JUIN PAR LES TROUPES AEROPORTES AMERICAINES

La 82nd Airborne est la Division qui compte le plus grand nombre de sauts opérationnels durant la WWII. Ceci sous entend que les PIR qui ont sautés en Afrique du Nord puis en Sicile ont « essuyés » les plâtres, principalement pour ce qui est des erreurs de largage (chose qui, pour autant, ne sera pas réglée pour la Normandie et qui, paradoxalement, sera l’un des facteurs de succès de l’opération Neptune). Entre autre, en Sicile, se posa le problème de l’identification du soldat qui se trouve en face (ami ou ennemie ?) et il faut bien reconnaître que suite aux largages, le terme « désorganisation » était un euphémisme. C’est ainsi que suite à la Sicile le Général Taylor, alors Commandant de l'artillerie divisionnaire de la 82nd, a demandé à ses officiers de plancher sur des solutions pour éviter de telles situations. L'idée d’utiliser des criquets copiés sur des jouets pour enfants lui fut soumise, chose qu’il accepta... Peu après, Taylor fut affecté à la 101st Airborne et emporta avec lui cette idée. Pour autant cette dernière n’a pas été abandonnée par la 82nd car, si Taylor à quitté la Division, son « staff » ne le suivit pas. C’est ainsi que la 101st fut la seule Division a être officiellement et règlementairement dotée de criquets. Une commande massive fut donc passée auprès de firmes spécialisées pour fournir en grand nombre des criquets. Bien qu’inspirés de jouets, les criquets livrés à la 101st n’avaient pas la forme utilisée classiquement pour les enfants. Inversement, au sein de la 82nd, le Général Gavin ne souhaitait pas retenir ce criquet pour s’en tenir à l’échange de mots de passe verbaux (tout comme il n’était pas pour le camouflage des casques et des visages, ce qui fut pourtant largement utilisé par la 82nd en Normandie). Mais Gavin, à cette période, était « Executive Officer » (Commandant en second) et non pas le patron de la Division. De ce fait, la décision de rendre réglementaire ou d’interdire tel ou tel équipement ne lui revenait pas. C’est ce qui doit expliquer l’absence de circulaire ou de directive venant confirmer cette interdiction au sein de la 82nd. En somme, le criquet n’était ni réglementaire, ni interdit ! Donc, rien n'empêchait les unités de la 82nd de s'en doter... Certains éléments viennent confirmer le fait que certaines unités de la 82nd disposaient de criquets. Entre autre, il y a les nombreux criquets en forme de jouets (criquets ovals, en forme de grenouilles…) retrouvés sur des DZ où seules des sticks de la 82nd ont atterris. Plusieurs vétérans de la 82nd ont également affirmés avoir eu un criquet : 505th et 508th principalement. Même le maire de Ste Mère Eglise affirmait avoir vu des para du 505th utiliser des criquets…

(texte pris sur un forum, entre autre)

Modèle de cricket acheté dans une boutique de jouet à Londres par les Paras US
Modèle de cricket acheté dans une boutique de jouet à Londres par les Paras US

VOUS ETES LE

LIBERATION DE PONT D'AIN